Pour une intercommunalité démocratique et de projets !

Publié le par les élus Verts, Aulnay Ecologie

photo AlainBoulangerLe Groupe de propositions municipales, Les Verts - Aulnay Ecologie accueille Alain Boulanger

 

 Je me réjouis, avec mes amis écologistes, qu’enfin la municipalité engage une réflexion sur l’intercommunalité.

 

En effet, face à l’obligation de répondre à la proposition du Préfet, la majorité municipale a été contrainte de prendre position. Mis au pied du mur par l’État, le maire a fait adopter son projet dans la précipitation et sans aucune concertation avec les forces politiques du conseil municipal. Pourtant, j’ai souvent demandé à ce que ce sujet important soit abordé. C’est pour travailler à cet objectif que j’ai été désigné en 2008 comme représentant d’Aulnay au SEAPFA, syndicat intercommunal regroupant Aulnay-sous-Bois, Sevran, Blanc-Mesnil, Tremblay-en-France et Villepinte.

 

Démocratie en berne à Aulnay-sous-Bois.

 

Mon indépendance politique ayant fait craindre au maire des interventions hostiles à ses envies de contrôle de la future intercommunalité, il a décidé de m’exclure de cette instance dans laquelle j’étais particulièrement actif. Entre les paroles et les actes, il y a toujours chez lui une large différence :

- prétendre d’un côté associer les compétences les plus larges possibles mais d’un autre n’avoir de cesse de les éliminer,

- réclamer avec ses amis du PCF des représentations à la proportionnelle mais jouir d’une surreprésentation au SEAPFA où les amis du maire s’octroient 83% des places dédiées à notre ville (5 sur 6) alors qu’ils ne représentent que 58,5% du conseil municipal (31 voix sur 53).

Ces pratiques antidémocratiques et éloignées des idéaux de la Gauche, conduisent à se priver des bonnes volontés.

 

Associer les Aulnaysiens à leur avenir.

 

Je propose qu’une commission municipale spécifique soit créée avec la participation des acteurs de la société civile.

Cette association de villes, et donc de citoyens, doit permettre de réaliser des économies d’échelle et d’élaborer avec les citoyens une intercommunalité de projets afin de répondre aux besoins de tous.  Il faut éviter une sorte d’Europe des communes.

Dans nos banlieues, la frontière entre nos villes est imperceptible. Pourtant, des projets de portée intercommunale sont imaginés sans l’accord de nos voisins, c’est le chacun pour soi.

Les enjeux de l’Est du 93 sont pourtant énormes : gares du Grand Paris, besoins de logements et d’équipements publics, sauvegarde du commerce de proximité, préservation de l’environnement (triangle de Gonesse…), valorisation du patrimoine, développement d’un réseau de transports en commun intermédiaire…

L’entrée de notre ville dans une intercommunalité doit être synonyme de progrès démocratique.

 

Vous pouvez compter sur moi.

 

Alain BOULANGER

06 22 41 81 75

Commenter cet article