Orientations budgétaires : peu de place pour le développement durable!

Publié le par les élus Verts

 

Chers collègues,

 

 

Nous pouvons partager un certain nombre d’éléments de ces orientations. La longue explication sur la politique de l’Etat qui coupe les moyens aux collectivités est une évidence qu’Alain Amédro connaît bien puisque le Conseil Régional a engagé un recours contre l'Etat pour sous-compensation de la décentralisation à hauteur de 863 millions d'euros.

Pour autant, cela ne doit pas non plus être un écran à vos propres responsabilités en matière de gestion et de choix budgétaire.

 

Nous sommes d’abord étonnés que le développement durable ne soit une fois de plus qu’un chapitre parmi d’autres, le point 7(le moins développé) avec deux petites allusions dans le texte et non la ligne directrice du budget de fonctionnement et bien sûr de l’investissement.

Il faut avoir le courage de développer notre capacité d’innovation. Les investissements d’aujourd’hui, qui apparaissent à certains comme des sources inutiles de dépenses, sont au contraire nos économies de demain. Nous avons des choix à opérer pour engager sur le long terme notre commune sur la voie d’un développement soutenable, solidaire. Nous tenons à le souligner encore une fois, parce que le contresens est vivace : le développement durable, ce n’est pas seulement la protection de l’environnement ; c’est un type de développement à la fois économique, social qui se soucie des équilibres écologiques et qui se construit en bonne gouvernance. Nous nous occupons des arbres mais aussi et surtout des Femmes et des Hommes qui vivent dessous : comment vivent-ils, que mangent-ils, quelles sont leurs conditions de logement, de transports, d’emploi, d’accueil de leurs enfants, quelles sont les nuisances, quel impact sur leur santé ?…

L’intégration du développement durable induit une approche plus globale de chacune des actions souhaitées, elle nécessite davantage de transversalité, la modification de certains réflexes ainsi que de quelques dispositions techniques. Le chantier est culturel autant qu’il est technique.

 

Vous faites enfin le lien entre économie d’énergie, baisse des charges et les questions d’environnement. Le social et l’environnement sont intimement liés. L’an dernier, nous défendions une politique énergétique ambitieuse, source d’économies et de justice sociale.

Nous proposions :

- un Programme d’études pour les économies d’énergie dans les bâtiments communaux : lancement d’une étude pour la réalisation d’un bilan carbone.

- Sur la base du bilan carbone, nous proposions d’ entamer un programme de réhabilitation thermique des bâtiments inscrit dans le Plan Pluriannuel d’Investissement dès l’année 2010,

- Nous proposions aussi d’imposer à toute nouvelle construction dont la ville est maître d’ouvrage notamment, des normes extrêmement rigoureuses en matière d’économie d’énergie (Bâtiment Basse Consommation, énergie zéro…)

- Enfin développer un programme pluriannuel de production d’énergie renouvelable dans les bâtiments municipaux (panneaux solaires, par exemple) et impulser cette démarche au sein de l’OPH. Et nous concluions que c’était créateur d’emplois non délocalisables.

Mais l’agenda 21 en est tout juste au diagnostic partagé, présenté devant 30 personnes…La communication ne suffit plus.

Triste bilan après trois ans de mandat et qui témoigne des bâtons dans les roues que vous avez mis à Alain Amédro pour commencer dès 2008 ce travail pourtant crucial pour notre ville et les enjeux de développement durable.

 

D’abord relevons les points positifs de ces orientations : l’attention portée à la rénovation des écoles est pour nous primordiale car abandonnées pendant trop d’années par l’UMP, et aussi à un moment où le gouvernement s’attaque sans merci à la qualité de l’éducation de nos enfants : Suppression d’enseignant, mutation en cours d’année comme à l’école maternelle du Bourg , changement des programmes en lycée professionnel qui provoque, comme au lycée Voillaume, l’obsolescence de machines neuves, et donc le gâchis de l’argent public à un moment où nous en manquons et ce sans concertation avec les équipes pédagogiques. L’éducation, l’accompagnement de nos enfants doivent se faire dans des conditions maximales de qualité pour assurer leur bien-être et leur bon développement.

 

Autre point positif, la mise en place d’un éco-quartier dans un périmètre élargi du soleil levant à la cité Mitry. Nous avions été les promoteurs de cette mesure dans la mise en place des périmètres d’études. Nous vous avions invité à répondre à l’appel à projet régional sur les Nouveaux Quartiers Urbains. Vous répondez à l’appel à projet qu’Alain Amédro(vice-président du Conseil régional Ile de France) vient de lancer dans le cadre de sa délégation à l’aménagement, nous nous en félicitons d’autant plus qu’il vous amène, vous stimule déjà à prévoir un mode de concertation plus complet et formalisé ! C’est en effet l’un des 17 critères obligatoires ! C’est donc une bonne chose…

Un regret que rien ne soit pensé sur le quartier Caméliat, sur le Centre-Gare.

 

Par contre,

Sur le personnel communal, nous ne partageons ni vos orientations, ni vos pratiques. Réduire la masse salariale au détriment des services rendus aux aulnaysiens est contraire à l’idée que nous nous faisons d’une municipalité attentive au plus démunis, à ses jeunes, à ses aînés, en résumé à sa population. Et dire qu’on n’augmente pas les impôts si on baisse les prestations revient à dire qu’on baisse les services et leur qualité.

C’est au contraire de mieux de services publics dont nous avons besoin, de personnel motivé parce que respecté, compétent parce que formé, présent parce que travaillant dans une bonne ambiance de travail et non parce qu’il faut rentrer sa présence dans un logiciel Web time qui flique le personnel plutôt que de le motiver.

Le malaise du personnel est réel, il y a une vraie souffrance au travail que le renvoi de l’assistante sociale du personnel n’a pas arrangé.

 

Nous ne partageons pas votre politique de l’employé kleenex : directrice des audiences, directeur de la culture, assistante sociale du personnel, renvoyés, mise au placard d’un certain nombre de cadres pour les pousser au départ. L’hémorragie de cadres est bien réelle…

 

Sur la démocratie participative, notre groupe est très attaché à son développement mais fort de constater que les conseils de quartiers se sont peu à peu vidés de leurs membres, découragés par le manque de prise en compte de leurs idées, de la présentation de projets bouclés. C’est, avant tout, une perte de confiance dans cet outil, que nous constatons… Et si, nous proposons un budget participatif, il nous semble que les conditions de leur mise en place ne sont pas réunies du fait de cette perte de confiance, cette défiance même…

 

Nous nous étonnons que rien ne soit dit sur l’action sociale et le CCAS, pierre angulaire d’une politique de justice sociale. Or, après le départ du fonds de solidarité au logement et de l’équipe de prévention des expulsions, vous vous apprêtez à retirer du CCAS le bureau d’aide aux victimes et ne pas renouveler le contrat de la psychologue qui en a la charge. Nous sommes en totale opposition avec ce démantèlement du CCAS qui démotive les équipes et soumet les aulnaysiens à un ping-pong administratif.

 

En matière d’emplois, il nous faut miser sur les emplois socialement et écologiquement responsables et notamment par le développement de l’économie sociale et solidaire qui crée des emplois. Nous devons mettre en valeur les compétences de notre territoire, répondre à l’insertion professionnelle de plus de 3700 bénéficiaires du RSA et 2700 jeunes en demandes d’insertion. Or, il n’y a aucun mot sur cette question, c’est dire le peu d’intérêt que vous portez à cette question, portée en son temps avec ténacité par François Siebecke.

 

Dans le domaine du commerce, l’abandon du marché bio, alors que les attentes sont particulièrement grandes, est dommageable.

 

Rien sur l’accélération de l’introduction des aliments biologiques dans les cantines qui se borne pour le moment, et c’est un premier pas, à un fruit, un yaourt…Or, le lien entre qualité de l’alimentation et augmentation des maladies modernes (maladies cardio-vasculaires, diabète, etc) est aujourd’hui prouvé, il nous semble que nous devons en faire une orientation budgétaire en tant que telle !

Rien sur la place du vélo dans la ville

Claire DEXHEIMERRien sur la préservation et la requalification des espaces verts existants : or c’est offrir un cadre agréable pour tous les aulnaysiens et notamment pour ceux que nous appelons les sans-jardins, offrir de nouveaux espaces de rencontre, de jeux et de détente par la création de jardins familiaux partagés à raison d’une centaine par an sur l’ensemble de la mandature.

C’est allier convivialité, pouvoir d’achat, sensibilisation à la nature et tranquillité publique… C’est ainsi le projet de la Roseraie, qui est prêt, et qui n’a pas vu le jour en 2010, c’est le projet sur Mitry, mise en place par la Mission Ville abandonné par l’UMP en son temps, malgré une importante mobilisation des services et une forte écoute des aspirations de la population…

 

Un vrai choix budgétaire là encore…

 

Je vous remercie de votre attention.

 

Publié dans actualité

Commenter cet article