Débat d'orientations budgétaires 2013 - Intervention d'Alain AMEDRO

Publié le par les élus Verts, Aulnay Ecologie

Vous trouverez ci-dessous la retranscription de l'intervention d'Alain AMEDRO, Président du groupe des élus Verts - Aulnay Ecologie lors du conseil municipal du 21 février 2013 portant sur le débat d'orientations budgétaires.

 

"Madame, Monsieur, Cher(e)s collègue(s),

 

Nous avons été surpris par une certaine pauvreté du texte, le manque d’ambition, le manque d’anticipation, de dessein pour notre ville, de vision d’avenir. Cela manque de dimension, peut être que c’est le retour à plat aux réalités après les cartes en 3D* qui ne peuvent masquer l’absence d’ambition [* outil que nous trouvons cependant très utile s’il existe un réel projet derrière]. Malgré cela, vous n’avez pas réussi à redresser les courbes et l’effet de ciseaux est au rendez-vous avec une épargne de gestion en berne, tellement nécessaire pourtant pour nos investissements.

 

Premier constat à la lecture de ces orientations budgétaires, aucune allusion à une démarche éco-responsable, environnementale encore moins, n’est fait et c’est très symbolique de la manière dont vous considérez ces questions et notamment la démarche Agenda 21 qui n’a pas été terminée.

 

Nous en aurions fait, au contraire, un axe majeur, celle de la qualité de vie, celle de la diminution des consommations d’énergie, de la solidarité, des rassemblements conviviaux. Je vais y revenir.

 

Objectif double, donc, de réduction de la consommation d’énergie, d’économie tout court, et notamment des fluides (le chauffage des écoles, des bâtiments communaux dont la somme s’est élevée à plus de 5 millions d’euros en 2011, là est une piste considérable d’économie. Rien n’est dit si ce n’est que ce sont des dépenses contraintes. Nous pensons nous qu’il est possible de réduire cette facture d’au moins 30% en deux ans.

 

Solidarité, dont on ne sait comment elle pourra s’exprimer en 2013, tant rien n’est défini, précisé dans vos propos.

 

Nous aurions maintenu ce qui rassemble, ce qui permet la rencontre et je pense ainsi que la fête de l’arbre, qui recevait plus de 10 000 participants est l’exemple même du rassemblement familial et inter-quartiers, mieux que ces rendez-vous de propagande qui ont coûté extrêmement chers pour vanter une politique souvent virtuelle ou enjolivée ! Priorité donc pour nous,  à la culture sous toutes ses formes !

 

Il y a aussi un gros manque d’anticipation sur de nombreux sujets. J’en retiendrai seulement trois:

 

- les effectifs scolaires et le besoin d’école : notamment dans le centre d’Aulnay, pour permettre aux nouveaux arrivants de trouver une place à l’école et on va être en effet, dans des soucis particulièrement importants.

 

- ensuite, un manque d’anticipation sur la réforme des rythmes scolaires : même si vous avez semble t’il choisi de la mettre en place à la rentrée 2014, les besoins de formation, d’organisations nouvelles, de synergie avec les différents organismes de la ville mais aussi les associations, les artistes, les musiciens, tout cela devrait en effet être engagé en 2013, et donc nous coûter dès 2013, cela devrait faire partie d’une ambition forte de notre ville pour nos enfants, la qualité de leur accueil dans ce temps d’après école.

 

Et, il faut dire que dès cette année, nous aurions mis le paquet pour améliorer la qualité de l’accueil de nos enfants et là encore : formation, motivation, moyens pédagogiques et matériels pour aider les animateurs à faire pleinement leur travail mais surtout un objectif, permettre l’épanouissement de nos enfants. Epanouissement qui passe aussi par la qualité de l’alimentation - vous en dites un mot - par le bio, par la traçabilité des aliments et là encore, par contre, on n’a pas grand chose là dessus. Si ce n’est pour dire qu’il faut faire attention que cette qualité ne baisse pas. Il se trouve que les remontées des écoles d’Aulnay nous montrent l’inverse.

 

- Rien non plus en terme d’anticipation sur l’intercommunalité et la capacité à mutualiser, à coopérer, et donc, à créer tout à la fois des projets de territoires communs et des économies d’échelle, des mises en commun de grands équipements. Nous sommes pourtant dans la partie recette : financement de l’Etat, contractualisation simplifiée avec la Région.

 

Environnement, éducation de nos enfants, éco-construction, développement de notre économie, du commerce de proximité,  là encore rien, pas un mot sur ce qui fait la notion même de ville, de convivialité et de dynamisme.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous sommes loin des priorités que nous, écologistes, aurions choisi, questions bien sûr centrales d’environnement, de solidarité, d’éducation, de développement économique.

 

Je vous remercie."

Publié dans actualité

Commenter cet article