Les élus Verts demandent un débat sur le fond

Publié le par les élus Verts

Après la vive polémique qui s'est engagée à la suite de la mise en cause publique et anonyme d'Alain Amédro, Président du groupe des élus Verts, nous avons souhaité faire une déclaration préliminaire en séance du Conseil municipal du 24 septembre. Valérie Pistone, Conseillère municipale membre du groupe des élus Verts était notre porte parole. Nous retranscrivons son intervention ici.


Monsieur le Maire, mes chers collègues,

 

Au nom du groupe des élus Verts, je souhaite exprimer par cette déclaration l’entière solidarité des élus de notre groupe avec son Président Alain Amédro, attaqué publiquement et surtout anonymement.

 

De quoi s’agit-il ? Dans notre tribune parue dans le journal Oxygène nous avons exprimé clairement notre position concernant l’urbanisme, le logement social.

 

Nous avons voulu un débat ouvert, il n’a malheureusement pas pu avoir lieu dans la sérénité : les caricatures des arguments que nous avons présentés l’ont davantage desservi que fait progresser.

 

Sur le fond, que proposions-nous ? Nous pensons qu’il faut cesser de concentrer les logements sociaux dans les secteurs d’habitat dense, et de renouvellement urbain. Qu’il faut avoir le courage d’envisager leur implantation en centre ville où les transports sont accessibles, où les commerces sont présents, bref où la ville présente une grande mixité de fonctionnalités. Il en va de la qualité du cadre de vie des habitants notamment à Arc-En-Ciel et à Balagny.

 

Nous avons devant nous à faire face à la plus grande crise du logement depuis 1954, crise qui touche l’ensemble de la population des plus démunis aux classes moyennes. Quelle est notre responsabilité d’élus pour répondre à cette crise ?

 

Nous vous proposons à nouveau de lancer un débat public sur la question du logement et de son intégration dans la ville afin de mettre en place un urbanisme qui allie urgence sociale et urgence écologique.

Publié dans actualité

Commenter cet article