L’action publique requiert sérieux, sérénité et transparence

Publié le par les élus Verts

Il est temps que le Conseil d’Etat se prononce pour que nous puissions retrouver la sérénité nécessaire à la politique locale, loin des polémiques pré-électorales qui montrent que certains pensent que la vie municipale doit rimer avec invective, théâtralisation des rapports entre majorité et opposition au détriment du débat sur le fond.

L’alternance a cette grande qualité qu’elle permet à l’opposition de mieux comprendre ce que nous avons vécu pendant des décennies : micro coupés en conseil municipal, aucune intégration de l’opposition dans les photos et encore moins dans la partie rédactionnelle d’Oxygène, journal de quartier tout à la gloire des élus UMP, bilan de mandat aux frais du contribuable sans une place laissée à l’opposition, absence d’un local décent, aucun moyen de fonctionnement. L’UMP découvre aujourd’hui que ces conditions étaient difficiles pour travailler… Nous nous en félicitons, alors même qu’ils ont acquis bien plus de droits que nous n’en avions, il suffit de voir leur temps de parole en conseil municipal.

Pour notre part, nous continuerons de défendre la progression des droits de l’opposition parce que nous sommes avant tout démocrates. Droits notamment en terme de locaux, de moyens de travailler, afin de permettre à chacun d’être au même niveau de connaissance et d’approfondissement des projets. Cette démarche constructive doit nous permettre de quitter une ambiance de guerre civile permanente et de travailler au service de tous les aulnaysiens.

Nous pensons qu’il faut en effet que la transparence soit la plus grande possible dans la phase d’élaboration des projets : études fournies à tous les élus, aux associations comme aux conseils de quartier. Nous sommes pour une expression de l’opposition sur les grands projets structurants au sein même de la partie rédactionnelle, au lecteur-citoyen de se faire son opinion. L’hebdo s’est permis trop rarement cette façon de faire, il faut la généraliser rompant plus franchement avec la voix de son maire, que nous dénoncions dans le passé.

Nous défendons par ailleurs la fin des passe-droits, des petits avantages entre amis, qui sapent les bases mêmes de la démocratie comme nous pouvons le voir trop souvent notamment au plus haut sommet de l’Etat. Nous avons montré en matière de petite enfance et d’urbanisme que chacun pouvait être traité en toute égalité.

Nous pensons ainsi qu’une politique morale est à construire, qui doit affirmer les valeurs d’humanisme, de laïcité refusant les communautarismes pour affirmer les droits de chaque citoyen, de justice et d’égalité. Nous défendons l’idée que l’écologie est la seule alternative à ce modèle économique injuste qui s’est nourri du gaspillage des ressources naturelles et de l’épuisement de notre planète.

L’agitation ne peut tenir lieu de politique, la confiscation du pouvoir par quelques-uns non plus. Les salariés ne peuvent subir les dégâts de ce capitalisme qui ne partage que ses pertes !

Les collectivités se doivent ainsi de poursuivre leur investissement en faveur des services publics de l’éducation par exemple encore faut-il que l’hyper-Président ne décide pas à la hâte et sans concertation de supprimer leur principale ressource… la taxe professionnelle.

 

                        Alain Amédro

                        Président du groupe des élus Verts

Commenter cet article