M2E : un autre développement économique est possible

Publié le par les élus Verts

La ville d’Aulnay-sous-Bois dispose depuis 10 ans d’un outil prétendument puissant par l’importance de sa structure, de son personnel atteignant près de 90 salariés et de son budget approchant les 12 millions d’euros annuels pour dynamiser le tissu économique et restaurer l’emploi local.

 

Un audit récent a démontré que cet outil surdimensionné donne des résultats qui ne sont peut être pas à la hauteur des enjeux et des besoins de notre territoire : intégration dans un bassin d'emplois et d'activités de niveau européen, du Stade de France à la plateforme aéroportuaire de Roissy  d'une part ; 3500 demandeurs d'emplois, 2400 bénéficiaires du RMI et un taux de chômage des jeunes compris entre 40 et 50% dans nos quartiers d'habitat social, d'autre part.

 

Les nouvelles orientations de La M2E doivent donc se construire sur ces réalités socio-économiques, au bénéfices des habitants et avec leur participation.

 

Dans une nouvelle configuration de la M2E, l'Economie sociale solidaire doit prendre toute sa place. Cette forme d'économie, participative et solidaire, permet de replacer l'humain et son environnement au coeur des enjeux : associations, groupements de créateurs d’activités, sociétés coopératives de production ; en favorisant l'entreprenariat social et environnemental : régie de quartier, commerce équitable, groupement de consommateurs de produits bio (AMAP2).

 

A Aulnay, les acteurs de l’ESS existent, et les secteurs dans lesquels ils exercent leurs activités représentent un gisement d’emplois considérable : services à la personne, aux entreprises, rénovation du bâti, entretien d’espaces verts, etc. Ces structures ont acquis au cours des années, les compétences et le savoir-faire dans la mise en place d’actions innovantes en faveur de l’accompagnement vers l'emploi des personnes en grande difficulté, du lien social, et de l’amélioration du cadre de vie.

 

Aujourd’hui un niveau politique d’intervention supplémentaire s’impose. Il nous faut intégrer dans le développement économique de notre ville un soutien à cette économie en sécurisant la création d’entreprises solidaires : service d’amorçage de projets, couveuses, coopérative d’activités et d’emplois… Nous devons encourager la création d’emplois dans les éco-filières, affirmer notre exemplarité en matière de fonctionnement et de consommation éco-responsable. Notre effort devra être porté plus loin, en particulier sur la coopération intercommunale encore trop timide : la M2E reconfigurée comme l’Eco-pôle de La Morée doivent en être les piliers.

 

Dans ce contexte de crise financière, économique et sociale, l’ESS est une voie pour rassembler nos ressources et nos talents locaux.

 

1 maison de l’entreprise et de l’emploi

2 association pour le maintien de l’agriculture paysanne

François Siebecke

Commenter cet article